Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 06:58

Bonne-annee-2012--2.jpg

Repost 0
Published by l'oiseleur - dans Des mots et des images
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 09:36

J'adore la plage !...

Le matin de bonne heure, dès que la lumière est suffisante.

Quand il n'y a pas de promeneurs de chiens, pas de joggeurs; lorsque les hordes de fouisseurs de vase, ramasseurs de coques et autres pousseurs de haveneaux, ne sont pas encore arrivés.

1 

Si les camping-cars ne sont pas trop nombreux sur la lande: c'est l'endroit où pipits et alouettes font leurs nids, et se nourrissent .

Quand les ribambelles de vieux qui déambulent en se racontant la vie des autres, (la leur n’a plus d’intérêt), évitent de venir stationner devant mon objectif.

2 

Il y en a même qui viennent voir ce que je fais:   

« Qu'est ce que vous regardez? Monsieur? »

« Rien Madame,... vous faites tant de bruit, que le piaf est parti... », non! Je n’oserais pas, il me reste un peu de civilité, mais l’envie est là.      

3

« C’est intéressant! »

« Oui, Madame! Très intéressant (c'est pour ça que je le fait). Pfff... » 

Enfin, bref, j'aime la plage quand les oiseaux peuvent s'y reposer et s'y nourrir en toute tranquillité.

Heureusement, de temps à autre, il y a l'inattendu: un(e) érudit(e), qui modestement vient partager avec vous le plaisir de parler piaf.   

4 

Ou encore mieux, les enfants: seuls ou en petit groupe, parfois avec leur parents... ils s'approchent timidement. « On ne vous dérange pas?» « Le petit aimerait,...»

Il viennent voir la lunette, ils ont envie de voir... eux aussi. Je ne me fait jamais prier, je montre. Il y a de vraies bonnes surprises: des gamins savants comme des livres, ils ont tout lu, ils veulent savoir... les reportages de la télé ne leurs suffisent plus: ils veulent voir.

5 

Il y a les autres, qui voudraient... ils ne savent pas trop quoi, mais ils ont envie.

C'est à nous de les guider, de les encourager, c'est notre relève.

Du bout de mes 70 ans, je me délecte de leur curiosité, de leur impatiente, de leur naïveté, de leur savoir naissant.

6 

Quand je parle de "la plage", il s'agit de celle qui part du Cul du Loup à Morsalines, jusqu'aux polders de Brévands, en passant bien sûr par l'incontournable "sanctuaire" de Beauguillot.

l-abreuvoir-7.jpg

La plage, pour moi, ce n'est pas seulement cette étroite bande de sable qui borde la mer, où vous aimez peut être prendre votre bain de soleil. C'est l’estran dans son ensemble avec ses herbiers de plantes halophiles, les embouchures de ses rivières envasées, et les marais qui se trouvent derrière la dune.

8 

Il y a aussi toutes ces petites mares, juste derrière le talus, destinées à abreuver les bêtes, elles sont souvent enfouies sous la végétation. C'est le paradis caché des oiseaux.

Ici vivent, le Bruant des roseaux et la Rousserolle effarvatte, dans les phragmites qui poussent au bord de la mare, elle va tisser son nid.  Gare au coucou, il cherche un endroit pour pondre son oeuf.

Si l'endroit est libre un couple de Gallinules s'y installera. Mais rien de surprenant non plus que vous y rencontriez quelques Aigrettes Garzette, un Héron cendré, ou une cigogne, venus faire provision de grenouilles, de tétards et de larves grasses.

9 

Là, sur cette bande de terre, à longueur d'année, mais surtout aux époques de migrations, on peut faire des rencontres.

L'année dernière j'y ai vu des Mouette tridactyle; un faucon très noir m'a nargué pendant plusieurs jours: trop éloigné pour une photo, je n'ai pas su l'identifié; un Bécasseau rousset, loin de son Amérique natale. Cette année, j'ai eu la chance d'y admirer pendant quelques heures, des torcols fourmilier. 

 10

Du déjà vu pour les spécialistes, des premières pour moi.

 

  J'adore ces  plages !...

Quand au loin, s'illuminent les pains de sucre des deux vieilles forteresses de la Hougue et de Tatihou, dont les pierres dorées s’irradient sur le fond d'un ciel clair.

11

Oui! J'aime ces immenses plages vides, à peine semées de petits monticules rocheux; cette jeune femme solitaire, qui joue avec les vagues, ses chaussures à la main; ces voiliers blancs sortis du port de Saint Vaast, qui vont bientôt disparaître à l'horizon; ces bambins qui creusent le sable encore humide pour construire un éphémère château.

J'aime le carillon des clochers se répondant quand l'heure est venue; le beuglement des vaches dans les herbages, elles  demandent qu'on viennent s'occuper d'elles.

Ici, tout est beau. 

12 

Quand à marée basse les drivers sortent leurs chevaux, les sulkys en traversant les grandes flaques que la mer a laissées derrière elle, soulèvent de petits geysers blancs. Je peux les regarder des heures faire leurs exercices de dressage.

Que c'est beau un cheval qui court!  

Conquis par l'élégance  du spectacle, il m'arrive souvent d'en oublier mes chers oiseaux.

14 

Puis, vient l'hiver, avec ses ciels de plomb, festonnés de gris crémeux et de mauves; avec ses bourasques de vent et de pluie, devant la mer, blanche de fureur, qui se jette à l'assaut des digues:  les plages se vident. 

C'est le temps des oiseaux du Nord, ils arrivent par milliers pour passer l'hiver avec nous. 

15 

Mais ça, c'est l'histoire de Beauguillot.

Repost 0
Published by l'oiseleur - dans Des mots et des images
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 09:56

Mimi est arrivé ce matin par l'avion de Nice.

Pas question de l'empêcher de vivre avec son temps, mais la game boy et autres jeux d'ordinateur ont leurs limites. Quant à la cuisine, il adore aider sa grand mère, qui lui est complètement soumise, mais là aussi ça ne dure qu'un temps... il a neuf ans et est très actif.

J'ai donc un épineux problème à résoudre: l'occuper pendant les 10 jours qu'il va passer avec nous.

S’il voulait m’accompagner quand je vais faire de l’observation, ce serait formidable. Mais je connais mon bonhomme, pas question qu’il y aille les mains vides! Les jumelles?... limité.

Je vais donc lui confier mon vieux boîtier Pentax destiné habituellement à la macro. Pour la circonstance je l’équipe d’un  zoom 28x80. Il faut prendre des risques dans la vie!

A Carouge:

 1ère photo

K10B0687-1.jpg

Intérêt limité, mais ça permet d’appuyer sur les boutons.  

Notions de zoom:

Focale 80:  

Mimi---2.jpg

 

Focale 28:

 

Mimi---3.jpg

 

 L'artiste travaille en solo, 1er chef d'oeuvre: un tas de sable.  

  Mimi - 4

Il a vu le reflet dans la flaque d'eau, ça promet. 

 

Notions de lumière et de sensibilité: 

C'est le reflet qui l'interessait. Trop clair... cramé!

Mimi---5.jpg

 

Trop sombre!

Mimi---6.jpg

 

Un canard en contrebas! Vite! 

 

Mimi---7.jpg

 

Zut! Il y avait une feuille devant. Je sens le découragement pointer.

Heureusement, il a, à la maison, une admiratrice inconditionnelle: sa grand mère.

 

Le lendemain:

Changement de site, nous allons à St Michel, à mon dernier passage j'y ai vu des cygnes.

Il y a en effet un jeune cygne qui quémande du pain aux promeneurs.

 

Mimi - 8

 

C'est du lourd, assez statique, une cible facile.

 

Mimi---9.jpg

 

J'en profite pour lui faire travailler l'esthétique et le cadrage.

 

Mimi---10.jpg

 

Pas de problème il comprend vite, très intéressé par les reflets et les ronds dans l'eau.

Je suis très content de mon élève: il voit les choses.

 

IMGP5885-3.jpg

 

Le résultat est là.

Au passage il en profite pour faire quelques canards.

 

Mimi - 12

 

Mimi---13.jpg

 

Mais il n'y a pas que les bestioles dans la vie! On a le droit d'avoir d'autres centres d'intérêt que ceux de son grand-père.

Il y a derrière nous le château de Lormoy qui se dresse sur son promontoire.

 

Mimi - 20 

Et tout au loin sur une bosse la basilique de Longpont. 

 

Mimi - 22

 Débriefing à la maison il est très content des résultats.  Moi aussi!

 

Direction Vert le Petit:

 Les Bernache du Canada sont là.

    

Mimi---15.jpg

 

Le jars qui tire la langue, ça l'impressionne. 

 

Mimi---14.jpg

 

Il se régale.

 

Bernache-du-Canada--1.jpg  

Mais je suis quand même un peu inquiet. Il appuie sur les boutons à une telle vitesse...

« Eh! Molo! Ce n'est pas une Game boy, que tu as entre les mains! »  

Bernache-du-Canada--2.jpg

 

Bravo!

L'appétit vient en mangeant dit-on.

 

IMGP4577-3.jpg

 

On dirait qu'il fait ça depuis des années, il ne redoute rien.

 

IMGP5856-3.jpg

 

IMGP6295-3.jpg

 

Aucun complexe.

 

Mimi---16.jpg

 

Et voilà le travail! 

Pour terminer la journée. 

 

Mimi---17.jpg

 

Quelques jours plus tard, à Misery.

L'observatoire est plein, et ça discute ferme, à propos d'un piaf baladeur qui pourrait être un Chevalier Gambette.

Justement le voilà, je fais signe à Mimi de s'approcher du fenestron. Je suis prêt: tant bien que mal, à travers les phragmites qui sont devant nous  j'ajuste le 300: clac! clac!

Avec la rafale ultra rapide du K5 j’ai une bonne douzaine de photos. C’est bien, car il est déjà reparti.

   

Mimi---18.jpg 

« Désolé, Messieurs Dames, c'est un Chevalier aboyeur!»

 Il y a vraiment trop de monde, nous allons ailleurs.

Sur le chemin qui descend à l'observatoire un Pic vert se pose à dizaine de mètres de la voiture. Avec précaution  nous ouvrons les vitres.

 

Pic-vert.jpg

 

Évidement le 80 mm est un peu juste, mais la photo résiste au cropage.

 Quelques minutes plus tard, il fait ce superbe Héron cendré, venu se poser près de notre cabane.

 

Itteville-K5--11-08-28-013.jpg

La mayonnaise a prise, pas besoin de la suplier pour aller  faire de l'observation, il est partant à tous les coups.

Mimi porte beaucoup d'intérêt aux oiseaux rares, le Chevalier aboyeur l'a enthousiasmé. Je lui ai donné mon vieux guide ornitho "Péterson", dans lequel il cherche tous les oiseaux que nous avons vus.

 

 Nous allons à Itteville, il y a depuis un mois plusieurs marouettes de passage [Marouette ponctuée ( Porzana porzana ) ]: ça, c'est du rare. 

 L'observatoire est plein de gens, des habitués. Il y a effervescence, un Râle d'eau est venu une heure plus tôt à quelques mètres et la Marouette sort régulièrement des herbiers.

Mon pauvre Mimi, avec son 28x80, il fait pâle figure  face aux  énormes 500  Canon et Nikon de mes camarades de jeu.

De temps à autre je le regarde à la dérobée, comme il ne se passe rien, j'ai peur qu'il ne s'ennuie au milieu de toutes ces têtes chenues. Pas du tout! Il observe, et il observe bien.

Il s’approche de moi: «il y a un martin pêcheur qui vient de se poser...»  « Mais que fais-tu ici ? Fais tes photos! »

Il était temps, le Martin est déjà reparti, au grand désespoir du reste de l'assistance.

Il me montre les deux photos prises... Superbes!

   Mimi---23.jpg

 

Mimi---24.jpg 

  Les regards goguenards envers le gamin et son caillou minable, ont disparu, et moi, je biche. Lui aussi d'ailleurs.

En fin de soirée, le râle est revenu, mais là, c'est moi qui l'ai fait. 

 Rale-d-eau.jpg 

  Mais entre temps il s'était déchaîné sur un Ragondin qui est venu se réchauffer au soleil, à peu de distance de l'observatoire.

  Ragondin.jpg

  Ragondin-2.jpg

 

Mimi est reparti à Nice.

Moi, je prépare le matériel,  pour la prochaine fois.

Repost 0
Published by l'oiseleur - dans Des mots et des images
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 05:27

Non! Ce ne sont que des paroles de chanson.

Derrière chez moi il n'y a pas d'étang, mais pour peu que je m'éloigne, il y a des dizaines d'étangs tout autour de chez moi. Ce sont mes terrains de chasse favoris.

 

étangs 10 01 03 -K100 006-4

 

Pour les photographes, amoureux de l'avifaune;  les "ornithologues" amateurs, les étangs et les marais sont des lieus merveilleux. Ici, le chasseur d'image attend la rencontre improbable, d'où il rapportera le cliché exceptionnel dont il rêve...

Mais en attendant, il devra souvent se satisfaire du commun.  

 

Marcoussis 10 03 17 -K100Dsuper 148-3 

Et pourquoi pas? Ce n'est pas si laid un canard Colvert.

 

IMGP0581-3  

Pour se distinguer du promeneur, qui passe souvent sans rien voir, où pas grand chose. Il devra "apprécier", la couleur, la poésie, la situation ... insolite.

 

IMGP8989

 

A défaut de canard, il y aura bien quelque Grèbe huppé dans les parages, à la recherche de sa pitance.

 

IMGP0806-3.jpg 

Ou, d'un compagnon, pour former son couple. 

 

etangs-10-01-17--K20-175-3.jpg 

Un cygne ombrageux, bombant le cou,  viendra peut-être vous quémander quelque friandise. 

 

CYGNE Tuberculé-2 filtered

   

CYGNE Tuberculé-3 filtered

 

IMGP5885-3.jpg 

S'il n'y a pas de cygne, il y a toujours les mouettes, celles qu'on appelle "rieuses".

 

Derriere-chez-moi 2772-3

 

Selon la saison, elles auront la tête blanche avec un point noir.

 

essais-300-10-10-28-089-3.jpg

 

A la période des amours un capuchon brun noir va recouvrir leur tête.

 

Plat-Hamel-K20--11-07-14-202-3.jpg

 

A moins que vous ne jettiez votre dévolu sur des Grèbe castagneux.

 

Marcoussis-K20--11-07-21-041-3.jpg

 

Vous les trouverez sur un plan d'eau peu profond, une mare. Au printemps ils sont bruyants et très affairés; ces petits "bouchons",  qui plongent au moindre danger, sont un vrai défit pour le photographe.

 

Plat-Hamel-K20--11-04-12-421-3b.jpg

 

Si vous savez observer, et, si  vous avez de la chance, alors vous verrez le Martin pêcheur.

 

Sorques-K5--11-08-30-123-3.jpg

 

Il est là, tout près de vous, sur son observatoire habituel, au bout d'une branche.

 IMGP3786-3.jpg

 

Il est arrivé discrètement sans que vous ne vous en soyez aperçu. De son roseau, il vous regarde!

 

IMGP3703-3.jpg 

 Sinon, il y a les Grand Cormoran.

 

Beauguillot 10 04 10 D40 200-3

 

A la fin de l'hiver ils se parent de blanc, au moment de nicher.

 

étangs 10 01 14 -D40 138-3

 

Ce sont d'habiles pêcheurs, ils traquent leurs proies sur le fond. Très voraces, ils peuvent s'attaquer à des poissons de plus d'un kilo.

 

Les-Pointes-K20--11-05-08-609-3.jpg

 

Quand vient l'automne, ...

 

Beauguillot 10 04 19 K 100 D Sup 042-3 

 

... arrivent de nombreuses espèces de canards qui viennent passer l'hiver chez nous.

Des Souchet , 

Beauguillot---cote--10-02-27--D40-001-3.jpg

 

canard de surface, comme les Colvert. En fouissant dans la vase au fond de l'eau avec leur large bec ils trouvent  leur nourriture.

 

canard-souchet--6.jpg

 

Parfois, on peut apercevoir des Chipeau.

 

Canard-Chipeau--1.jpg

 

Ou des Sarcelle d'hiver.

 

Sarcelle-d-hiver--5.jpg 

 Beauguillot D90- 05 03 22 239-3

 

Plus rarement une Sarcelle d'été.

 

Sarcelle-d-ete--7.jpg

 

De passage.

 

Sarcelle-d-ete--3.jpg

 

Pendant les grands froids. 

 

IMGP2995-3 

 

Vous aurez peut-être la chance d'admirer des Fuligule Milouin.

 

étangs 10 01 14 -D40 172-1

 

étangs 10 01 14 -D40 185-1

 

Et des Fuligule Morillon, à l'oeil d'or.

 

Beauguillot-10-04-09---D40-056-3.jpg

 Beauguillot-10-04-09---D40-040-3.jpg

 

Beauguillot-10-04-09---D40-037-3.jpg

 

Exceptionnellement,  des Harle: ces canards plongeurs au bec dentelé et crochu comme celui d'un cormoran.

 Des Harle Bièvre:

 

D90--11-01-09-097-3.jpg

 

D90--11-01-09-112-3.jpg

 

Et même un Harle Piette, ce petit canard qui ressemble à une porcelaine peinte.

 

etangs-10-01-14--D40-225-3.jpg

 

Moment rarissime, la présence d'une Nette rousse, ...

 

Camargue-3--10-05-27-090-3.jpg

 

... ou, d'un couple de ses élégants canards qu'on appelle Pilet. 

 

Beauguillot-10-04-17-D40-293-3.jpg

 

 

Le plus souvent il vous faudra vous contenter d'un Héron cendré, l'un des plus commun de nos oiseaux d'Ile de France.

 

Carouge-K20--11-03-23-187-3.jpg

    

C'est souvent son cri éraillé qui vous alerte de sa présence. De son vol puissant, il va survoler la zone jusqu'à trouver une place lui convenant.

 

Marcoussis-K20--11-07-04-222-3.jpg

 

IMGP4288-3 

Pendant les beaux jours, vous aurez peut-être la chance de rencontrer des Aigrette Garzette, elles sont de plus en plus fréquentes.  

 

Aigrette-garzette--1.jpg

 

Aigrette-garzette--4.jpg

 

En fin d'été, quelques Grande Aigrette, viennent prendre leurs quartiers d'hiver dans notre région.

 

Beauguillot---Crentan-10-08-13-305-3.jpg

 

Beauguillot---Carentan-10-08-17-405-3.jpg

 

Mais le plus recherché,  le plus rare, de tous les hérons qui fréquentent notre région, c'est le Blongios nain.

Grands migrateurs, qui passent l'hiver en Afrique tropicale, ils ne sont que quelques centaines à venir faire leur nid en France. Nous avons la chance en Essonne d'avoir plusieurs sites où ils se plaisent.

 

 Blongios--2b-copie-1.jpg

 

C'est un oiseau craintif. 

 

Fontenay-10-07-25-191-3.jpg

 

La femelle, au plumage discret, sait habilement se fondre dans la nature.

 

Fontenay-10-07-25-083-3-copie-1.jpg 

Repost 0
Published by l'oiseleur - dans Des mots et des images
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 05:45

Martin le pêcheur

 


Au bout de notre jardin, sous une longue trouée végétale, coule La Sinope, une charmante petite rivière, qui chantonne à longueur de journée, sur son lit de cailloux.

Sinope K5- 11 09 16 033-3
Les soirs d'été, vers dix-huit heures, si vous restez bien sagement près de sa berge, à coup sûr, vous verrez passer Martin le pêcheur. Lorsqu'il revient du marais et remonte le cours de l'eau pour rejoindre son nid, je perçois les quelques notes brèves et perçantes de son cri.

Martin le Pêcheur-9a 

Il y a plus haut, en amont, dans le parc du château, des berges escarpées. Il a du, je présume, y creuser son terrier, à l'abri des regards indiscrets. Les jours de chance il m'arrive de l'entrevoir à travers la feuillée des saules et des aulnes, zigzagant entre les obstacles, vif comme un éclat d' acier bleu, il zèbre la surface sombre de l'eau.

Parfois, au moment le plus inattendu, il nous fait le plaisir d 'arrêter sa course, il se pose sur une grosse pierre, au milieu du courant, presque à portée de main, explorant sans vergogne par la porte ouverte, l'intérieur de la maison.

Martin le Pêcheur-9

Son arrivée écourte les conversations, les regards se tournent vers le chatoiement de ses camaïeux de bleus, de gris et de verts, irisés par le moindre de ses mouvements. Dressé sur ses courtes pattes, l’oeil rond, son bec noir levé, la pointe en l'air: il nous regarde pendant quelques secondes; arborant à la cantonade sa gorge blanche et son large jabot brun-orangé, avant de reprendre sa course.

 

 

Je me suis mis à l’affût des dizaines de fois pour essayer de le photographier: je l’ai poursuivi en plusieurs occasions dans le marais, jusqu'à la mer: il m’a toujours filé sous le nez.
J'ai interrogés des pêcheurs sur sa présence: ils m'ont tous raconté la même anecdote. Un jour ou l'autre un martin-pêcheur est venu se reposer un instant sur leur canne à pêche, les dévisageant effrontément.

 

Martin le Pêcheur-6a

 

J'étais résigné. J'avais presque fait mon deuil du beau cliché dont rêve tout photographe amoureux des oiseaux.

 Martin le Pêcheur-7b

Mais un jour: alors que je travaillait à quelques mètres de la rivière, à relever un mur de soutènement écroulé pendant l’hiver, miné par le ruissellement des eaux. Me donnant un peu de repos,  je m’étais assis, le dos au mur, sur un des gros moellons  que je remuais depuis le matin.

 
Je me retournais,... il était là!
Perché au-dessus de l’eau, sur la branche basse d’un saule mort. Depuis combien de temps était-il dans mon dos? Ce foutu zoziau: que je poursuis depuis des années, était là, à cinq mètres de moi, il me regardait m‘échiner à remuer mes blocs de pierres. Pff...!

 

 Martin le Pêcheur-4

 

Bien sûr mon appareil photo était à la maison. Bah! Ce n’est pas la fin du monde, autant profiter de l’instant présent.
- Tu sais que tu es beau toi?
Un gazouillement inattendu me répondit. Je continuais:
- Je t'en prie y'a pas de quoi!
Mon "Alcedo atthis", comme l'appellent les ornithologues, n'avait pas l'air pressé de me quitter. Méticuleusement, il passait son bec dans son plumage, grattant, lissant, il remettait ici et là de l'ordre dans sa toilette. Gonflant ses plumes, le cou replié dans les épaules, il faisait glisser sur son oeil une membrane grise, donnant l'impression de vouloir dormir.

Martin le Pêcheur-7

L'instant d'après, la tête pencher il scrutait le fond de l'eau, un mouvement de bon aloi, sans doute, lui ayant laissé subodorer l’ éventualité d’un repas. Un alevin imprudent peut être?  Plusieurs fois il se laissa tomber dans l’eau, s’ébrouant quelques secondes à la surface, avant de regagner sa branche ou il reprenait indolemment sa toilette.

 Martin le Pêcheur-7a

Une fois ou deux il partit vers une petite anse creusée dans la rive d’en face, à un endroit où l’eau est plus calme. Il se mit à battre des ailes sur place dans un vol stationnaire qu’on appelle Saint-Esprit#. Ce genre de vol est assez commun chez les faucons Crécerelle lorsqu’ils chassent, il en est de même pour les martins-pêcheurs.

Après un certain nombre de plongeons infructueux, il ressortit enfin de l’eau tenant un poisson dans son robuste bec. J’avais d’abord cru que sa proie était une truitelle, mais les taches noires sur le corps étaient plutôt celles d’une loche, elles pullulent sous les grosses pierres. 

Martin le Pêcheur-8 

A plusieurs reprises il essaya en vain de l’assommer sur la branchette ou il se trouvait, n’y arrivant pas,  il revint sur la grosse branche du saule, et là, tenant sa victime par la queue il commença méthodiquement à la frapper sur le bois, jusqu‘à ce qu’elle ne bouge plus.

 Martin le Pêcheur-8a

Dans un mouvement de tête digne d’un jongleur il lança plusieurs fois en l’air le poisson mort jusqu’à ce qu’il lui retombe la tête la première dans le bec, en deux mouvements de mandibules il avala son repas.
Spectaculaire!
Ce petit oiseau, si beau, est un tueur.

Repost 0

Présentation

  • : Curieux de nature?
  • Curieux de nature?
  • : Je publie ici, au jour le jour une partie de mes photos d'animaux sauvages, surtout des oiseaux, récoltées en France sous deux formes:des écrits illustrés et des albums photo classés thématiquement. Merci de votre visite.
  • Contact

Profil

  • l'oiseleur
  • Je suis un vieux mec : 
Poitevin d'origine, 7 ans africain, devenu francilien par nécessité, normand par choix plusieurs mois par an: je suis l'oiseleur. Photographe amateur depuis plus de 50 ans, amateur d'oiseaux depuis toujours.
  • Je suis un vieux mec : Poitevin d'origine, 7 ans africain, devenu francilien par nécessité, normand par choix plusieurs mois par an: je suis l'oiseleur. Photographe amateur depuis plus de 50 ans, amateur d'oiseaux depuis toujours.

la chanson de l'oiseleur

L'oiseau qui vole si doucement
L'oiseau rouge et tiède comme le sang
L'oiseau si tendre l'oiseau moqueur
L'oiseau qui soudain prend peur
L'oiseau qui soudain se cogne
L'oiseau qui voudrait s'enfuir
L'oiseau seul et affolé
L'oiseau qui voudrait vivre
L'oiseau qui voudrait chanter
L'oiseau qui voudrait crier
L'oiseau rouge et tiède comme le sang
L'oiseau qui vole si doucement
C'est ton coeur jolie enfant
...

J Prévert