Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 05:45

Martin le pêcheur

 


Au bout de notre jardin, sous une longue trouée végétale, coule La Sinope, une charmante petite rivière, qui chantonne à longueur de journée, sur son lit de cailloux.

Sinope K5- 11 09 16 033-3
Les soirs d'été, vers dix-huit heures, si vous restez bien sagement près de sa berge, à coup sûr, vous verrez passer Martin le pêcheur. Lorsqu'il revient du marais et remonte le cours de l'eau pour rejoindre son nid, je perçois les quelques notes brèves et perçantes de son cri.

Martin le Pêcheur-9a 

Il y a plus haut, en amont, dans le parc du château, des berges escarpées. Il a du, je présume, y creuser son terrier, à l'abri des regards indiscrets. Les jours de chance il m'arrive de l'entrevoir à travers la feuillée des saules et des aulnes, zigzagant entre les obstacles, vif comme un éclat d' acier bleu, il zèbre la surface sombre de l'eau.

Parfois, au moment le plus inattendu, il nous fait le plaisir d 'arrêter sa course, il se pose sur une grosse pierre, au milieu du courant, presque à portée de main, explorant sans vergogne par la porte ouverte, l'intérieur de la maison.

Martin le Pêcheur-9

Son arrivée écourte les conversations, les regards se tournent vers le chatoiement de ses camaïeux de bleus, de gris et de verts, irisés par le moindre de ses mouvements. Dressé sur ses courtes pattes, l’oeil rond, son bec noir levé, la pointe en l'air: il nous regarde pendant quelques secondes; arborant à la cantonade sa gorge blanche et son large jabot brun-orangé, avant de reprendre sa course.

 

 

Je me suis mis à l’affût des dizaines de fois pour essayer de le photographier: je l’ai poursuivi en plusieurs occasions dans le marais, jusqu'à la mer: il m’a toujours filé sous le nez.
J'ai interrogés des pêcheurs sur sa présence: ils m'ont tous raconté la même anecdote. Un jour ou l'autre un martin-pêcheur est venu se reposer un instant sur leur canne à pêche, les dévisageant effrontément.

 

Martin le Pêcheur-6a

 

J'étais résigné. J'avais presque fait mon deuil du beau cliché dont rêve tout photographe amoureux des oiseaux.

 Martin le Pêcheur-7b

Mais un jour: alors que je travaillait à quelques mètres de la rivière, à relever un mur de soutènement écroulé pendant l’hiver, miné par le ruissellement des eaux. Me donnant un peu de repos,  je m’étais assis, le dos au mur, sur un des gros moellons  que je remuais depuis le matin.

 
Je me retournais,... il était là!
Perché au-dessus de l’eau, sur la branche basse d’un saule mort. Depuis combien de temps était-il dans mon dos? Ce foutu zoziau: que je poursuis depuis des années, était là, à cinq mètres de moi, il me regardait m‘échiner à remuer mes blocs de pierres. Pff...!

 

 Martin le Pêcheur-4

 

Bien sûr mon appareil photo était à la maison. Bah! Ce n’est pas la fin du monde, autant profiter de l’instant présent.
- Tu sais que tu es beau toi?
Un gazouillement inattendu me répondit. Je continuais:
- Je t'en prie y'a pas de quoi!
Mon "Alcedo atthis", comme l'appellent les ornithologues, n'avait pas l'air pressé de me quitter. Méticuleusement, il passait son bec dans son plumage, grattant, lissant, il remettait ici et là de l'ordre dans sa toilette. Gonflant ses plumes, le cou replié dans les épaules, il faisait glisser sur son oeil une membrane grise, donnant l'impression de vouloir dormir.

Martin le Pêcheur-7

L'instant d'après, la tête pencher il scrutait le fond de l'eau, un mouvement de bon aloi, sans doute, lui ayant laissé subodorer l’ éventualité d’un repas. Un alevin imprudent peut être?  Plusieurs fois il se laissa tomber dans l’eau, s’ébrouant quelques secondes à la surface, avant de regagner sa branche ou il reprenait indolemment sa toilette.

 Martin le Pêcheur-7a

Une fois ou deux il partit vers une petite anse creusée dans la rive d’en face, à un endroit où l’eau est plus calme. Il se mit à battre des ailes sur place dans un vol stationnaire qu’on appelle Saint-Esprit#. Ce genre de vol est assez commun chez les faucons Crécerelle lorsqu’ils chassent, il en est de même pour les martins-pêcheurs.

Après un certain nombre de plongeons infructueux, il ressortit enfin de l’eau tenant un poisson dans son robuste bec. J’avais d’abord cru que sa proie était une truitelle, mais les taches noires sur le corps étaient plutôt celles d’une loche, elles pullulent sous les grosses pierres. 

Martin le Pêcheur-8 

A plusieurs reprises il essaya en vain de l’assommer sur la branchette ou il se trouvait, n’y arrivant pas,  il revint sur la grosse branche du saule, et là, tenant sa victime par la queue il commença méthodiquement à la frapper sur le bois, jusqu‘à ce qu’elle ne bouge plus.

 Martin le Pêcheur-8a

Dans un mouvement de tête digne d’un jongleur il lança plusieurs fois en l’air le poisson mort jusqu’à ce qu’il lui retombe la tête la première dans le bec, en deux mouvements de mandibules il avala son repas.
Spectaculaire!
Ce petit oiseau, si beau, est un tueur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Curieux de nature?
  • Curieux de nature?
  • : Je publie ici, au jour le jour une partie de mes photos d'animaux sauvages, surtout des oiseaux, récoltées en France sous deux formes:des écrits illustrés et des albums photo classés thématiquement. Merci de votre visite.
  • Contact

Profil

  • l'oiseleur
  • Je suis un vieux mec : 
Poitevin d'origine, 7 ans africain, devenu francilien par nécessité, normand par choix plusieurs mois par an: je suis l'oiseleur. Photographe amateur depuis plus de 50 ans, amateur d'oiseaux depuis toujours.
  • Je suis un vieux mec : Poitevin d'origine, 7 ans africain, devenu francilien par nécessité, normand par choix plusieurs mois par an: je suis l'oiseleur. Photographe amateur depuis plus de 50 ans, amateur d'oiseaux depuis toujours.

la chanson de l'oiseleur

L'oiseau qui vole si doucement
L'oiseau rouge et tiède comme le sang
L'oiseau si tendre l'oiseau moqueur
L'oiseau qui soudain prend peur
L'oiseau qui soudain se cogne
L'oiseau qui voudrait s'enfuir
L'oiseau seul et affolé
L'oiseau qui voudrait vivre
L'oiseau qui voudrait chanter
L'oiseau qui voudrait crier
L'oiseau rouge et tiède comme le sang
L'oiseau qui vole si doucement
C'est ton coeur jolie enfant
...

J Prévert